Technologies désenchantées? Formes et enjeux de la réflexivité dans les créations numériques contemporaines – Journée d’étude – Université de Rouen – Normandie

Première partie : vendredi 16 avril 2021

Sur Zoom. Pour obtenir le lien Zoom, écrire à technologies-desenchantees@googlegroups.com

Comité d’organisation : Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert

Comité scientifique : Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert, Gaëlle Théval, Anne-Laure Tissut, Sandra Gondouin, Marcello Vitali-Rosati.

Laboratoires : CEREdI – ERIAC

Argument

Jusqu’ici, la littérature “traditionnelle” s’était volontiers mise en scène pour célébrer avec délices ses propres prestiges et ses pouvoirs : du bouclier d’Achille à “l’Ode sur une urne grecque”, de “La Souricière” d’Hamlet à Odradek, de l’Illusion comique aux Faux-Monnayeurs, le procédé de mise en abyme était le plus souvent un artifice pour glorifier l’illusion dramatique, modéliser la fiction, ou chanter la poésie.

Les créations numériques contemporaines, elles aussi, se caractérisent par la réflexivité, d’autant plus qu’elles sont moins sujettes que la “littérature livresque” (G. Bonnet) à la naturalisation de leur médium. Pour autant, ces œuvres sont-elles aussi ardentes à prononcer l’éloge des formes et des procédés sur lesquels elles sont construites ? Ne sont-elles pas souvent bâties, au contraire, plutôt pour dénoncer les limites et les risques des technologies émergentes sur lesquelles elles se fondent et qui font leur spécificité ? Après les années 1990-2000, époque exploratoire de jubilation et d’émerveillement, l’inquiétude et la désillusion n’accompagnent-elles pas les œuvres d’aujourd’hui, dans lesquelles percent souvent désenchantement amer et critiques acides à l’égard de techniques désormais asservies à des idéologies toutes-puissantes, ou jugées en elles-mêmes périlleuses ? 

C’est ce paradoxe que nous nous proposons d’explorer lors de notre prochaine rencontre. Ce rendez-vous fera suite à la journée organisée en décembre 2018, et qui portait sur l’impact des outils sur la création numérique contemporaine : lors de cette  première séance de travail, les participants avaient déjà mis en évidence la fonction critique des œuvres numériques à l’égard des évolutions techniques du monde contemporain, et c’est cette dimension que nous souhaitons approfondir, cette fois plus directement  : nous interrogerons ces mises en abyme qui sont aussi mise à distance, et portent un regard mélancolique ou grinçant sur ce medium entre rêve et cauchemar.

Les travaux porteront en particulier sur:

  • la représentation des technologies nouvelles et émergentes au sein des œuvres numériques contemporaines ;
  • la déconstruction et la “dénaturalisation” de l’idéologie qui sous-tend les habitudes et les algorithmes imposés par l’industrie ;
  • l’interrogation des effets de sens induits par les nouvelles plateformes et les réseaux sociaux (brièveté, émiettement, effets d’accélération peu propres à l’expression d’une pensée complexe), qui impliquent un modèle de rapport au réel contraint, sous couvert de l’apparente totale liberté laissée à l’internaute ;
  • le “détournement des genres” et des formes répandus sur le web (G. Théval) dans la poésie expérimentale ;
  • la fonction critique du jeu vidéo interactif : s’il est vrai que, comme le souligne A. Gefen, les expériences de fiction interactive, jugées si prometteuses au début des années 2000, n’ont pas porté tous les fruits qu’on en attendait, n’est-ce pas qu’une certaine forme ludique de création en a pris le relais, récupérant également, dans le meilleur des cas, la dimension critique de la littérature hypertextuelle ?

 

PROGRAMME

Première partie – 16 avril 2021

9h20 : Ouverture par Karine Winkelvoss (ERIAC) et Françoise Simonet-Tenant (CÉRÉdI)

The ghost and the shell
Présidence : Gaëlle Théval, Université de Rouen-Normandie

09h35 : “Approches de l’intelligence artificielle dans quelques jeux vidéo récents”, par Simon Hagemann (Université de Lorraine)

10h15 : “La conscience de la limite créative dans le jeu vidéo  : occasion de renouveau d’un genre”, par Pauline Phillips (Université de Rouen-Normandie, CÉRÉdI)

10h55 : Discussions et pause

 

Mise en abyme, mise en abîme (1)
Présidence : Anne-Laure Tissut, Université de Rouen-Normandie

11h30 : “La réflexivité de l’intime sur les réseaux sociaux”, par Anitra Lourie (Paris I Panthéon-Sorbonne)

12h10 : “La réflexivité dans l’œuvre de Shelley Jackson, de Patchwork Girl (1995) à Snow (2014-présent) : vers une poétique numérique politique”, par Sarah Boulet (Université de Rouen-Normandie, ERIAC)

 

12h50 : Discussion et pause déjeuner

 

Mise en abyme, mise en abîme (2)
Présidence  : Peppe Cavallari, Université de Technologie de Compiègne

14h30 : “Ma Mère l’oie et la sorcière. Narration et conscience malheureuse dans What Remains of Edith Finch”, par Tony Gheeraert (Université de Rouen-Normandie, CÉRÉdI)

15h10 : Attrape qui peut…” : ébauche digitale d’une empathie critique”, par Marine Parra (Université de Bretagne sud) et Benoît Roux (Université de Rouen-Normandie, ERIAC)

16h00 : Échanges et conclusions

16h15 : clôture de la première partie

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mélanie Lucciano (17 mars 2021). Technologies désenchantées? Formes et enjeux de la réflexivité dans les créations numériques contemporaines – Journée d’étude – Université de Rouen – Normandie. Master Humanités Numériques . Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rf69


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search